Articles Tagués ‘Anorexia Nervosa’

Pour mon cours Difficultés du français écrit, nous avons une longue liste de livres de référence, dont seulement deux sont obligatoires (si on ne compte pas le cahier de notes et d’exercices du professeur).

Naïvement, je croyais pouvoir m’en sortir avec quelques dizaines de dollars, comme pour les autres cours d’université que j’ai suivis auparavant. Que neni. Il faut dire que Programmation Internet et Introduction à la culture et à la langue du Japon n’étaient pas nécessairement des cours où la théorie prenait de la place.

Donc, je me suis procuré les documents obligatoires.

  • Le Petit Grévisse
  • Grévisse : Exercices de grammaire française
  • Grévisse : Corrigé des exercices de grammaire française.

Le troisième bouquin n’était pas obligatoire, mais pour savoir si nos exercices sont bien faits, pas trop le choix. Le tout m’a coûté un peu plus de 100$ chez Renaud-Bray, au grand dam de mon portefeuille. Car j’ai encore un cours à prendre où je devrai sans doute acheter des livres, possiblement encore plus chers.

Je trouve un peu sacrant d’avoir à payer si cher pour un livre d’exercice et ses réponses. Quant au Petit Grévisse, le prof nous a juré que s’il nous croisait dans le métro sans ce bouquin, il nous coulait. J’imagine que ce livre nous servira souvent. J’espère.

Les autres livres dans la liste ne sont pas obligatoires, mais on doit y avoir accès.

  • Le Bon Usage, une sale brique de 20lbs qui coûte entre 130$ et 160$. Ce sera un investissement lorsque je commencerai la profession, mais pour là, je me contenterai d’y avoir accès.
  • Bescherelle, j’ai sûrement ça quelque part.
  • Le Petit Robert, un incontournable que je n’ai jamais eu en ma possession. Ce ferait un joli cadeau de Noël ou de fête ça 😉
  • Hanse, dictionnaire des difficultés du français. Bof.
  • Multidictionnaire de la langue française. Je l’avais au cégep, merde il est où? Je l’aimais bien…
  • Le Colpron, dictionnaire des anglicismes. Un « must » (remarquez l’ironie). Je le veux. Je déteste utiliser des anglicismes, je passe beaucoup de temps à trouver les bons mots français pour me défaire des anglicismes. Je suis toujours le seul à dire « téléverser » plutôt que « uploader », au boulot.

Avant de me pointer chez Renaud-Bray, j’ai quand même pris la chance d’aller voir dans une petite bouquinerie pas trop loin de chez moi, à tout hasard. Des livres usagés, quand ils sont récents, sont bons pour encore longtemps.

Je suis sans doute l’un des rares à m’attarder dans les sections les moins populaires (genre « Langues »). J’ai trouvé un exemplaire du Bon Usage à 30$, mais il datait de 1980. J’ai trouvé un Colpron aussi, mais je n’en avais pas les moyens car j’appréhende beaucoup les achats à faire pour mon second cours.

J’ai aussi trouvé un petit joyau « Introduction à l’ancien français ». Ma salive coulait par terre. Suis-je le seul à voir des arcs-en-ciels et des pouliches quand je lis des trucs comme :

La meisnie a Sathan est el mustier venue
En sa destre main tint chascuns s’espee nue

Vit de cleres colors la mostier peinturet
De martirs et de virgenes et de granz majestez…

(merci au groupe black métal français Anorexia Nervosa et à leur chanson « Enter the church of fornication » pour cet extrait de vieux français. Allez savoir si c’est authentique…)

Quand j’aurai terminé ces études, j’aurai une petite fortune en livres, dictionnaires et autres documents de référence. Je m’achèterai une biblio en or massif, ou bien un coffre-fort, pour les ranger.

Publicités